Le style château à Québec - Espace Événementiel MMVQ
Manège militaire Voltigeurs de Québec Manège militaire Voltigeurs de Québec

25 juin 2018

Le style château à Québec

Le Manège

Le «style Château» est un type architectural irrésistiblement associé à la ville de Québec, notamment grâce à l’emblématique Château Frontenac. Or, saviez-vous que le tout premier édifice dans la Vieille Capitale à avoir été construit selon ce style était nul autre que le Manège militaire? Coup d’œil sur l’histoire, l’évolution et les principales caractéristiques de ce style.

MMVQ_Soir_Panoramique
Manège militaire Voltigeurs de Québec

 

«J’ai un beau château»

S’il peut donner l’impression d’être très ancien, le style château est en fait une pure création du 19e siècle romantique. Pour le créer, les architectes se sont inspirés de la Renaissance française, en particulier des châteaux de la Loire, eux-mêmes influencés par l’architecture gothique flamboyante et la Renaissance italienne. C’est un peu comme si Leonardo da Vinci, Jacques Cartier et Victor Hugo s’étaient rencontrés pour inventer quelque chose ensemble! Le style château s’inscrit dans un courant qu’on appelle l’architecture néo-traditionnelle, c’est-à-dire qu’il imite et combine l’allure d’anciens bâtiments pour créer quelque chose de nouveau.

Ces multiples inspirations donnent donc une allure classique mais exubérante, où la structure imposante est agrémentée de nombreux éléments architecturaux très caractéristiques. Avec leurs tours, leurs tourelles, leurs hautes toitures pentues, leurs fenêtres et leurs ornementations, les édifices construits selon le style château contribuent à donner beaucoup de caractère aux secteurs où ils s’érigent.

Naissance d’un style

Si les influences sont européennes, le style château est pourtant né aux États-Unis. La raison en est bien simple : le premier à l’avoir employé en sol américain est Richard Morris Hunt, un ancien étudiant de l’École des Beaux-Arts de Paris. Au milieu du 19e siècle, Hunt s’établit en France, fréquente cette prestigieuse école, voyage dans la vallée de la Loire, puis tombe sous le charme des châteaux érigés pendant la Renaissance.

De retour en Amérique en 1855, l’architecte rapporte cette esthétique à l’européenne qui se manifestera dans pratiquement toutes ses réalisations. Pour la petite histoire, c’est Hunt qui a conçu le piédestal de la Statue de la Liberté, cadeau de la France aux États-Unis…

Quand le style château fleurit à Québec

Le premier édifice construit dans le style château, non seulement à Québec, mais aussi au Québec et même au Canada, est le Manège militaire.

C’est l’architecte-artiste québécois Eugène-Étienne Taché (1836-1912) qui est chargé par le ministère des Travaux publics du Canada de concevoir les plans du futur édifice. Taché, qui a notamment étudié auprès du célèbre architecte Charles Baillairgé, est un passionné de culture, d’art et d’histoire, féru de l’esthétisme français et du romantisme qu’il a découvert lors d’un voyage en Europe à la fin des années 1860. Dans les deux décennies qui suivent, Taché créera plusieurs édifices majeurs, dont l’Hôtel du Parlement, qui forgent l’image de Québec.

Eugène-Étienne Taché vers 1890. Photographie : studio J.E. Livernois. BAnQ, 03Q_P560,S2,D1,P1290. Domaine public

Soulignons qu’il s’agit d’une période d’effervescence architecturale, où histoire et modernité fusionnent. Par exemple, en 1874, un autre architecte, William Henry Lynn, répond à l’invitation du gouverneur général lord Dufferin et redessine les fortifications du Vieux-Québec : la nouvelle enceinte est parée de tourelles et de crénelures, tandis que la nouvelle porte Saint-Louis et la porte Kent présentent une image pittoresque. Le style que Taché se prépare à mettre en œuvre pour le Manège militaire s’inscrit dans cette veine romantique.

Des lucarnes et des tours

Dessin architectural original du Manège militaire de Québec par Eugène-Étienne Taché, 1887. BAnQ, P286,D5,P29. Domaine public

Les plans présentés par Taché au début des années 1880 s’inspirent de l’architecture de l’époque de François 1er (Chambord et Chenonceau)… mais ont aussi un petit quelque chose du château de Josselin, construit sous Louis XII. Il est vrai que les châteaux français de la Renaissance présentent plusieurs éléments de fortification empruntés au Moyen Âge. Généralement dépourvus de fonction défensive réelle, leurs fossés, leurs tours rondes, leurs fausses meurtrières ou leur donjon évoquent le souvenir de l’ancienne chevalerie. Taché puise à ce riche répertoire pour créer le Manège militaire. Pour un bâtiment à vocation martiale, il s’agit d’une inspiration architecturale très pertinente!

La construction s’amorce en 1885. La composition extérieure du Manège présente beaucoup de symétrie, reflétant le sérieux de la fonction du bâtiment. La cohérence architecturale est assurée par l’équilibre entre les hautes toitures de cuivre et le long corps de maçonnerie, élevé en pierres provenant de carrières de Beauport et de Deschambault. Taché a intégré plusieurs éléments répétitifs, comme les contreforts et les bandes de cuivre de la toiture. Deux tours en poivrière sont disposées symétriquement de part et d’autre de l’entrée principale. Les lucarnes participent directement à l’effet de «série» qui donne beaucoup de prestance au bâtiment. Enfin, l’architecte (qui s’intéresse aussi à l’héraldique) dessine une splendide arête pour orner le sommet du toit : le motif, synthèse de l’identité de Québec, comprend la fleur de lys pour la France, la rose pour l’Angleterre, le chardon pour l’Écosse et, bien sûr, la feuille d’érable pour le Canada.

Terminé en 1887, le Manège militaire a l’insigne honneur d’être considéré comme le précurseur du style château au Canada. Parmi les autres exemples bien connus du style château à Québec figurent le Château Frontenac, inauguré en 1893, et la gare du Palais, terminée en 1916. Plusieurs autres grands hôtels du chemin de fer du Canada ont été construits dans le même style château, ainsi que plusieurs édifices publics ailleurs au pays.

Détail de la crête faitière du Manège militaire de Québec tel que dessiné par Eugène-Étienne Taché en 1887. BAnQ, P286,D5,P34. Domaine public.
Construction du Manège militaire, vers 1886. Heliotype Printing Co., Boston. Domaine public

Château ou Manège?

Si l’extérieur du Manège militaire répond indubitablement au style château, l’intérieur relève plutôt d’un autre type architectural répandu en Amérique du Nord pendant la seconde moitié du 19e siècle, celui des salles d’armes (en anglais drill halls ou armouries). Le volume principal de l’édifice est en effet occupé par une grande salle d’exercice où les milices locales pouvaient réaliser diverses manœuvres et où l’on entreposait les armes. Pour accroître l’espace intérieur, Taché avait éliminé le plancher du second niveau pour le remplacer par une mezzanine faisant le tour de la salle d’exercice. La structure et le décor intérieur empruntent à plusieurs courants, notamment au style Tudor.

Puisque la vocation militaire s’est progressivement estompée, ce lieu aux dimensions hors du commun a pu être reconverti pour accueillir des événements nécessitant beaucoup d’espace. L’Exposition provinciale du Québec y a été présentée pendant quelques années à partir de 1887. Des activités de toutes natures, protocolaires, diplomatiques ou sociales, s’y succèderont au cours du 20e siècle.

Entièrement reconstruite après l’incendie qui a ravagé le Manège militaire en 2008, cette salle exceptionnelle, pensée pour être multifonctionnelle, a recommencé à recevoir divers événements prestigieux.

* * * * *

En basant la reconstruction du Manège sur les principes architecturaux choisis par Eugène-Étienne Taché, on a voulu restituer le bâtiment pratiquement à l’identique afin qu’il reprenne tout naturellement sa place dans le paysage urbain de Québec. Cette vaste opération, qui a nécessité toute une décennie de planification et de travaux, fera l’objet d’un prochain article!

Manège Militaire, Québec / Drill Hall, Quebec. Fin 19e – début 20e  siècle. Carte postale colorisée, publiée par J.P. Gosselin. BAnQ, collection numérique de cartes postales, CP 022211. Domaine public.